Le sacrifice Trèfle pour les nuls... [et un peu de BG Carreau]

Aller en bas

Le sacrifice Trèfle pour les nuls... [et un peu de BG Carreau]

Message par Maka T. le Mer 27 Mai 2009 - 1:59

par Fear Lyath

... ou comment vénérer correctement des dieux capable de vous transformer en carte à jouer s'ils estiment que vous êtes plus efficace dans ce rôle que dans celui de prêtre (mais ça faisait un peu long sur la couverture ... ^^").

Je crée ce topic pour y caser une information minime que je viens de caser dans un post ... mais l'idée sous-jacente est évidemment que Venom'el et Jackal nous détailleront bien vite la procédure à suivre pour faire plaisir à (feu) le grand prêtre Trèfle ... ^^"

Un signe de bénédiction Carreau : les mains croisées sur le cœur, formant un oiseau symbolique, la Rouge présente dans l'âme de chaque Carreau et que chaque Carreau révère.
Les doigts de chaque main sont joints et tendus, sauf le pouce, incliné à 45° ; les mains sont alors jointes sur le coeur, l'une sur l'autre, de façon à ce que les pouces se touchent.
Un oiseau sur le coeur - un oiseau dans le coeur. Une prière qui évoque la forme animale Carreau, en la présentant comme la conséquence naturelle de leur proximité avec la Rouge (c'est évidemment d'elle que vient cette capacité). Le pouvoir magique est donc vu comme la conséquence de l'appartenance à la communauté Carreau, bref ça laisse entendre implicitement que celui qui cesse d'être Carreau perd son cœur, ses pouvoirs, l'amour de la déesse, l'amitié de l'Empereur, la tête, la vie et la carte de crédit.

Simple (un gamin peut le faire), élégant, profondément symbolique.




--------------------------------

Le sacrifice Trèfle est célèbre sur tout Decenta Emdor. Célèbre, et méconnu : on se focalise trop souvent sur son aspect spectaculaire au détriment de son immense portée spirituelle et symbolique.
Réparons cet oubli.

Les sacrifiés, rappelons-le, proviennent tout à la fois des ennemis capturés, des déviants de toutes sortes (capitalistes arnaqueurs, inadaptés sociaux et tutti quanti) et même de citoyens innocents n'ayant assurément rien à se reprocher. Tous, après une période de détention destinée à les engraisser, finiront sur la Table des Sacrifices, le cœur arraché de la poitrine par les As Trèfles et leurs couteaux d'obsidienne.

La religion Trèfle fait une part belle à la mort ; de fait c'est le seul peuple connu de Decenta Emdor, avec les Métissés, dont les As reconnaissent l'existence des Atouts.
Peut-être cet engouement provient-il des conditions climatiques du continent Trèfle : la température comme la pluviosité y sont extrêmement changeantes, et les seuls arbres à y prospérer sont ceux capable de s'adapter extrêmement rapidement. Autrement dit, de perdre et régénérer leurs feuilles en quelques jours.
À la différence de celles des autres Royaumes, les essences Trèfles passent la moitié de l'année à perdre leurs feuilles, et l'autre à les développer, et ce de façon irrégulière. Peut-être la rapidité de ce cycle de vie et de résurrection a-t-il suffisamment marqué le Trèfle antique pour influencer jusqu'à nos jours sa mentalité.
Ce n'est toutefois qu'une hypothèse.

Les sacrifices sont exécutés avec une lenteur calculée, afin de faire saigner abondamment le sujet et de lui infliger une douleur maximale. Les As exécutants doivent lors du rite adopter une forme humaine, à l'exception de leur tête qui doit être sous forme animale.
Plusieurs explications sont à retenir. Tout d'abord, l'aspect sadique du culte a une fonction sociale. "Que ceux qui désobéissent aux règles qui régissent ce Royaume, périssent dans d'atroces douleurs". C'est écrit sur la table. Respectez les règles. Ou vous mourrez, comme c'est écrit ... Le sacrifice sert d'exemple à ceux qui voudraient échapper aux règles du Royaume, et maintient de ce fait la cohésion sociale.
L'autre explication est symbolique, et repose sur l'importance des cycles au sein des croyances Trèfles. Selon eux, pour que le monde conserve sa cohérence, tout doit rester en équilibre, dans un mouvement de répétition garant de l'ordre (à noter que la lutte entre Jokers échappe à cet ordre, car ce sont eux qui l'ont instauré. La victoire des Noirs sur les Rouges n'est donc pas en contradiction avec l'équilibre cosmique …). La douleur infligée lors du sacrifice sert alors d'exutoire à la souffrance du peuple : plus le sacrifié souffre, moins le peuple Trèfle dans son entier souffrira, de par l'effet de l'équilibre cosmique. Cela est symbolisé par la tête animale de l'officiant, qui renonce symboliquement à son identité propre pour ne devenir que l'incarnation du Royaume Trèfle. On sacrifie l'individu pour protéger la communauté.
Le rôle de "bouc émissaire" du sacrifié est si important que des civils innocents doivent parfois subir ce sort, pour préserver tout d'abord le cycle des sacrifices, qui s'effectuent de manière régulière (sauf en périodes de trouble, où le rétablissement de la paix nécessite forcément plus de sang …), ensuite la cohésion du Royaume (tous contre un).
De plus, le sacrifice d'innocents marque le fait que la mort peut frapper n'importe qui, à tout instant … mais c'est plus anecdotique que véritablement important.

Toutefois, à ce stade, une contradiction semble apparaître.
Comme nous l'avons dit, les As Trèfles sont les seuls As de Decenta Emdor à reconnaître l'existence des Atouts, qui sont vus comme les opposés parfaits des Jokers dans le cycle cosmique. Pourtant, le sacrifice, logiquement, devrait envoyer la victime au Royaume des Morts, et donc renforcer les Atouts au détriment des Jokers …
Ce n'est point là l'opinion des As Trèfles. Par l'usage de prières appropriées, ils pensent arracher l'âme du mort à l'emprise des ombres, pour l'envoyer directement à Maka, la créatrice des Noirs. Les As tuent les corps des ennemis des Trèfles, mais ils croient que leurs rites permettent à la Déesse de détruire inéluctablement leurs âmes, qui de ce fait ne renforceront jamais la puissance des Atouts ou de Rony.
Les rites funéraires Trèfles reposent sur un principe comparable : le mort, cette fois méritant, connaitra alors une seconde vie, éternelle celle-ci, où il servira à jamais Maka dans son propre domaine. Ainsi, à l'issue du cycle de 100 millions d'années instauré par les Jokers eux-même, durant la courte période qui sépare deux équilibres cosmiques, l'armée de Maka sera là, constituée des milliards de Trèfles morts pour elle au cours de ces millénaires, pour renverser Rony et les Atouts, afin que le cycle qui succédera à celui-ci soit un paradis Trèfle uniquement régenté par Maka.

Rites funéraires comme sacrifices laissent les mêmes déchets : des cadavres. Quels que soient leur origine, ceux-ci sont traités de même : ils sont ingérés par la communauté Trèfle, qui se renforce en absorbant les qualité de tout individu. Comme nous le disons plus haut, le cycle cosmique en général et la communauté en particulier survivent par la mort de l'individu. Même les os sont dévorés, par les Trèfles aux mâchoires les plus puissantes, tels que les Hyènes.
C'est pour cela que le sacrifié est bien nourri avant son exécution … qui plus est, les "derniers repas du condamnés" compensent ce qu'il subira par la suite. Tout est équilibre, on vous dit.

_________________
"J't'emmerde" - Mary-Kate Tytree
avatar
Maka T.
Joker des Noirs
Joker des Noirs

Féminin
Nombre de messages : 349
Age : 26
Localisation : Ailleurs
Date d'inscription : 10/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://deckofcards.hforum.biz

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum